Blog

La prise en charge de l’homme en esthétique médicale

Par le Docteur Christophe Desouches

L’homme d’aujourd’hui n’a plus d’appréhension à venir consulter un chirurgien ou un médecin esthétique. Tout comme les femmes, il veut pouvoir bénéficier des avancées médico-chirurgicales qui permettent de corriger un défaut physique ou les signes du vieillissement.

Les hommes sont de plus en plus demandeur de traitement esthétique. Cependant, lorsqu’un homme passe le seuil d’un cabinet de chirurgie ou de médecine esthétique sa démarche, sa demande est très différente des femmes.

Le praticien dans son approche et dans sa prise en charge a lui aussi une attitude assez différente. L’homme et la femme sont en effet culturellement, psychologiquement et physiquement différents et il est important de respecter ces différences et de les prendre en compte.

Le corps et le visage de l’homme sont extrêmement différents. L’imprégnation hormonale de l’adolescence modifie radicalement l’aspect physique des deux sexes. Le corps masculin devient plus musculeux alors que le visage devient plus angulaire. L’affirmation sexuée de l’individu entraine aussi un mode de présentation sociale différent. Alors que l’homme va préférentiellement mettre en avant sa détermination et sa logique, la femme sera plus volontiers créative et soucieuse de son image.

Quels sont les traitements préférés des hommes ?

Lors de sa consultation, l’homme est généralement plus rétif aux traitements agressifs avec des temps de récupération long. Le résultat doit être naturel avec des suites minimes permettant un retour à la vie sociale. Il a besoin d’être plus rassuré de la légitimité de son choix car la société à tendance à être critique envers cette démarche.

Les traitements plébiscités sont donc naturellement les traitements médicaux, en particulier la toxine botulique qui permet de détendre le front et de donner une expression moins inquiète. L’acide hyaluronique est souvent utilisé car il permet une correction discrète des rides et des pertes de volume. L’acide hyaluronique peut en effet masquer les cernes naissants ou le creusement de la partie médiane du visage qui sont assez fréquent dans vieillissement masculin. En revanche, il est important de respecter le caractère masculin du visage en conservant les lignes de forces et les angles saillants. Une féminisation est souvent perceptible lors des remplissages excessifs ou de l’augmentation de lèvre.

L’autre demande importante est le traitement des surcharges graisseuse abdominale. Le ventre à tendance à s’épaissir avec l’âge et la liposuccion ou la cryolipolyse peuvent apporter des solutions relativement simples à ce type de traitement.

La prise en charge de l’alopécie androgénétique est aussi une particularité masculine. Les demandes peuvent venir plus ou moins tôt dans la vie et de nombreuses solutions aussi bien médicales que chirurgicales peuvent être proposées.

L’homme est-il l’avenir du marché du médico chirurgical esthétique ?

Probablement pas même si le pourcentage d’hommes en consultation augmente régulièrement. L’homme cherche pas « l’esthétique de la beauté» mais recherche plutôt à paraitre plus performant et dans la course dans sa vie professionnelle mais aussi dans sa vie sociale.

Source: http://www.estetic-magazine.com/la-prise-en-charge-de-lhomme-en-esthetique-medicale/

L’HIFU thérapie: un lifting sans chirurgie et sans aiguille.

La HIFU (ou High Intensity Focalised Ultrasounds) est une nouvelle technique non invasive de lifting médical qui ne nécessite ni chirurgie ni aiguille, et ce grâce à des ultrasons. Initialement utilisée en cancérologie pour traiter les tumeurs solides, cette technologie aujourd’hui arrivée à maturité, est désormais utilisée en médecine esthétique pour permettre une remise en tension des tissus cutanés du visage, du cou et du décolleté à l’aide d’ultrasons focalisés de haute intensité.

C’est à ce jour la seule technique en médecine esthétique à avoir obtenu le précieux agrément de la FDA (Food and Drug Administration) dans l’indication des liftings médicaux du visage, du cou et du décolleté.
Plusieurs machines utilisent aujourd’hui cette technologie, la pionnière étant l’Ulthera mise au point en 2009 (qui a donné son nom à l’Ultherapy) d’autres machines qui utilisent le même procédé ont suivies depuis.
Le procédé utilisé en HIFU est comparable à celui d’une loupe qui concentre les rayons du soleil en un point précis. De la même manière, les ultrasons focalisés émis par la pièce à main vont aussi créer des micro-points de coagulation avec une profondeur contrôlée sous la peau au niveau du SMAS (système musculo-aponévrotique sous cutané) et du derme profond.
Va s’ensuivre durant plusieurs mois après la séance un processus une régénération tissulaire depuis la profondeur de la peau vers la superficie qui donnera lieu à l’effet lift obtenu avec cette technologie.

La HIFUthérapie s’adresse avant tout aux patients qui présentent un relâchement cutané modéré du visage, des paupières, des bajoues et du cou, qui survient généralement à partir de la quarantaine. D’autres indications sont en cours d’étude notamment celles qui prennent en chargent le relâchement cutané des bras, du ventre et de certaines zones au niveau des membres inférieurs. Néanmoins, il faut garder à l’esprit que cette technologie ne remplace pas un lifting chirurgical lorsque le relâchement cutané est trop important.
Le principal avantage de cette technique réside dans le fait qu’une seule séance soit nécessaire pour obtenir un résultat durable dans le temps, pendant deux à trois ans.
Ce traitement peut s’effectuer sur tous les types de peaux et ce à n’importe quelle période de l’année. Il n’y a pas d’effets indésirables notables hormis un léger oedème juste après la procédure (qui peut durer quelques heures), signe que le traitement a été efficace.
Une seule séance de HIFU permet de lifter certaines parties du visage qui présentent une laxité telles que le cou ou les paupières supérieures. Les bajoues sont également fortement atténuées et les pommettes réhaussées.
Les rides superficielles sont elles aussi efficacement lissées grâce aux ultrasons focalisés émis dans le derme superficiel.
Le patient idéal pour la HIFUthérapie est celui qui présente un relâchement cutané modéré avec un début de ptose (ou relachement) de la peau du cou, une apparition de bajoues ainsi qu’une certaine laxité des paupières supérieures et/ou inférieures.
Déroulement de l´opération
Une heure avant l’intervention il est conseillé de prendre une médication à visée anti-douleur (par ibuprofène) afin de rendre plus confortable la séance d’ultrasons focalisés. En effet, sur certaines zones telles que le contour de l’oeil ou les joues, les micro points de coagulation effectués peuvent être sensiblement douloureux.
La première étape est le marquage des zones que l’on va traiter au crayon dermographique.
On va ainsi repérer les “zones interdites” (celles qui sont situées en regard de la thyroide, du nerf mentonnier et du nerf orbital supérieur) et délimiter les zones de tirs que l’on va effectuer à l’aide des différents transducteurs que l’on va utiliser.

Chaque transducteur permet de tirer une courte ligne de points de coagulation à de quelques cm à une profondeur donnée. Le procédé de HIFU est comparable à une loupe (le transducteur) qui va concentrer les rayons du soleil (ici remplacés par des ultrasons) pour les faire converger à une certaine profondeur et créer une zone de coagulation au sein de laquelle le collagène va chauffer pour atteindre une température comprise entre 60° et 70°. Il va ainsi être “dénaturé” puis progressivement régénéré pendant plusieurs mois pour rendre à la peau son épaisseur ainsi que son élasticité d’origine.

L’opérateur va donc effectuer une première série de tirs à la profondeur de 4,5mm au niveau des différentes zones délimitées au préalable qui vont cibler le collagène contenu dans le SMAS (système musculo-aponévrotique superficiel) en prenant soin d’éviter les “zones interdites” délimitées au préalable.
Cette étape n’est pas douloureuse à proprement parler mais elle peut être désagréable. On peut ressentir des picotements ainsi qu’une certaine tension cutanée qui apparaît progressivement au fur et à mesure des tirs, signe que la procédure est efficace.
Par la suite, une seconde “passe” avec un second transducteur plus superficiel (3mm) va être effectuée. Au niveau de certaines zones telles que le contour de l’oeil ou des pommettes, on peut éventuellement ressentir une petite douleur durant la procédure.

En fin de séance, on peut observer un oedème en regard des zones traitées, signe que la procédure a été efficace.
Au total, ce sont près de 16 000 points de coagulation à différentes profondeurs sous la peau qui seront effectués lors des 800 tirs réalisés avec les différents transducteurs.
Pour un visage complet, il faut prévoir entre 1h15 et 1h45 en fonction de la complexité de l’intervention et du degré de laxité (ou du relâchement cutané).
Une seule séance est nécessaire pour obtenir un résultat durable pendant 2 à 3 ans. Néanmoins, il faudra patienter 3 à 6 mois (le temps que la néocollagénèse soit pleinement effective) pour constater le résultat définitif du lifting médical.
Aucune convalescence ni éviction sociale n’est à prévoir après une séance de HIFU.
Quelques rougeurs peuvent être visibles, ces dernières disparaissent dans les heures qui suivent l’intervention.
Après une HIFUthérapie, on peut généralement constater 10 à 20% de l’effet final qui sera obtenu par la suite. Il faudra patienter 3 à 6 mois pour obtenir le lifting médical complet qu’offre cette procédure.
Complications
Les éventuelles complications d’une procédure par HIFU sont :
• L’apparition d’hématomes, lorsque la procédure n’a pas été respectée par l’opérateur.
• De très rares cas d’insensibilisation ou de paralysies faciales lorsqu’une “zone interdite” a été traitée avec le mauvais transducteur en touchant un nerf.
• Des douleurs résiduelles
• Dans tous les cas, ces effets sont totalement réversibles en quelques jours à quelques semaines.
Contre-indications
Les contre-indications d’une HIFU thérapie sont :
• Infection cutanée évolutive (herpes, dermatose inflammatoire, infection bactérienne locale)
• Plaie ouverte
• Diabète multi-compliqué
Conclusion
L’avantage de cette technique réside dans le fait qu’une seule séance soit nécessaire pour obtenir un résultat durable dans le temps (entre deux et trois ans).
Contrairement à certaines techniques plus agressives telles que les peelings ou certains lasers (type Fraxel), aucune lésion n’est effectuée sur la surface cutanée : grâce aux micro-points de coagulation effectués par les ultrasons focalisés, le processus de régénération tissulaire que l’on cherche à obtenir est induit depuis la profondeur vers la superficie. Ainsi, on peut réaliser sans aucun danger cette technique sur tous types de peau et à n’importe quelle période de l’année sans risquer une pigmentation secondaire ou l’apparition de cicatrices disgracieuses.

Injection d’acide hyaluronique en comblement des rides


PAR JEAN-LUC MOREL (https://www.afme.org/actes-me/visage-actes-me/injection-acide-hyaluronique/)

Injection d’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique est un des éléments naturels de la substance fondamentale de notre peau. Il attire l’eau comme une éponge et contribue ainsi à l’hydratation cutanée. Dans cette fiche de présentation nous allons vous parler de ce soin esthétique, la durée du traitement et vous donner l’avis de notre association de médecins sur ce soin.
L’acide hyaluronique en médecine esthétique
Il est utilisé comme implant de comblement, parfaitement toléré et résorbable, dans le traitement des rides du visage et du cou depuis plus de 20 ans. Ce sont les injections de comblement des rides à l’acide hyaluronique. Une fois injecté précisément, le produit va corriger et atténuer les rides.

Il peut aussi modifier des volumes, depuis l’apparition d’acides hyaluroniques plus épais et plus concentrés :

– ourler les lèvres et repulper la bouche
– remplir des joues ou des pommettes

– corriger le nez ou le menton

– combler des tempes trop creuses

– remplir des cernes…

En principe, aucun test n’est nécessaire car ce n’est pas une substance allergisante. Aujourd’hui, les bons produits sont très purs et les allergies sont rarissimes.

Les différents laboratoires proposent maintenant de nombreux produits, à des concentrations et des viscosités variables. Ils s’adaptent aux différentes indications (remodelage des volumes du visage, lissage des rides fines ou encore revitalisation et re-hydratation cutanées) mais aussi aux différents types de peau.

Les injections

1) Le comblement des rides

Pour combler ou lisser une ride, l’injection est très superficielle (1 à 2 mm). Elle se fait à l’aide d’une aiguille très fine permettant l’effacement immédiat des rides et sillons, sans sur-correction. Ainsi le résultat est immédiat. Le médecin doit savoir varier la profondeur d’implantation du produit pour obtenir l’effet désiré (lissage d’une ride superficielle, remplissage d’une ride profonde ou d’un sillon). L’expérience du praticien fait toute la différence dans les résultats obtenus.

Une séance complémentaire peut être nécessaire au bout de 3 à 6 semaines, surtout s’il s’agit de la première fois que l’on traite la zone.

2) Le remodelage des volumes

Pour redonner des volumes perdus à un visage, le médecin emploiera plus volontiers une aiguille à bout mousse (micro-canule) pour éviter les ecchymoses. En effet, les injections sont, dans ce cas, plus profondes et le risque de bleus est plus important, surtout avec les aiguilles classiques.
Il faut généralement des quantités d’acide hyaluronique concentré plus importantes. Le coût est donc plus élevé.
Entretien des résultats

Il est bon de renouveler l’injection de comblement tous les six à neuf mois, parfois moins dans les premières séances. De préférence, on n’attend pas que les rides ou les sillons réapparaissent complètement. Les produits utilisés pour remodeler les volumes (pommettes, tempes, lèvres, correction du nez, sillons profonds…) durent plus longtemps : 12 à 18 mois.
Avantages

Le produit est quasiment « naturel » car identique à celui du corps humain. L’effet de l’injection de comblement est immédiat. Il y a peu ou pas de suites gênantes. Si le médecin est délicat, les bleus ou ecchymoses sont rares.

L’acide hyaluronique n’est pas allergisant donc il n’y a pas à tester le produit avant la séance d’injections.
Inconvénients, complications

De petites rougeurs et gonflements au niveau des rides traitées peuvent se voir (selon les peaux) et persister de quelques heures à quelques jours après l’injection. L’acide hyaluronique se résorbe plus ou moins vite et nécessite des séances régulières mais, en général, l’effet tient de mieux en mieux au fil des séances.

Les effets secondaires sont très rares avec les bons acides hyaluroniques à disposition des médecins aujourd’hui. On a pu voir exceptionnellement : des démangeaisons pendant quelques semaines, des granulomes (induration, gonflement et rougeur locale). Ces effets sont réversibles et il est possible de dissoudre rapidement l’acide hyaluronique injecté en injectant un produit spécifique : la hyaluronidase.

L’avis de l’AFME sur les injections d’acide hyaluronique
Un grand progrès pour l’acide hyaluronique par rapport à l’ancien collagène injectable, est notamment sur la durée des résultats dans le traitement des rides superficielles et la maniabilité pour le remodelage du visage.

Aujourd’hui les produits sont fiables entre des mains expertes et parfaitement tolérés. Les résultats sont immédiats et très satisfaisants si l’indication est bien choisie et le traitement bien fait.
Vous envisagez d’avoir recours à des soins esthétiques au niveau de votre visage et/ou de votre cou. Sachez que les injections ne sont pas le seul traitement existant. En effet, cela peut également se faire avec d’autres types d’injections résorbables ou non. La toxine botulique (couramment appelé « botox ») est aussi fréquemment employée. 

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter le secrétariat du Docteur Stiernon : 061/21.12.12.

Société belge de Médecine Esthétique

Depuis 10 ans, le Docteur Stiernon est membre de la Société belge de Médecine Esthétique (SBME).

Cette Société répertorie de manière officielle tous les médecins habilités à exercer la Médecine Esthétique. Ceux-ci sont régulièrement invités à suivre des formations de mise à jour des techniques et d’informations sur les nouveaux produits utilisés afin de proposer aux patients des traitements les plus récents et les plus adaptés possibles.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à visiter le site de la SBME: http://sbmebveg.be/

HIFU THERAPIE: Lifting visage par ultrasons sans douleur!

Votre Centre de Médecine esthétique vous propose une nouvelle technique non invasive de lifting médical qui, grâce à des ultrasons, ne nécessite ni chirurgie, ni aiguilles: l’HIFU THERAPIE.

Cette technologie est utilisée en médecine esthétique pour permettre une remise sous tension des tissus cutanés à l’aide d’ultrasons focalisés de haute intensité.

hifu2

  1. Elimine les rides du visage et du corps.
  2. Remet sous tension la peau du visage
  3. Remodèle
  4. Améliore l’élasticité de la peau et refaçonne son contour
  5. Remets sous tension la ligne de la mâchoire et l’ovale du visage
  6. Améliore la qualité de la peau et rend la peau plus belle et lumineuse
  7. Conserve l’effet bénéfique des injections d’acide hyaluronique déjà effectuées.

Ce traitement s’adresse avant tout aux patients qui présentent un relâchement cutané modéré du visage, des paupières, des bajoues et du cou, qui survient généralement à partir de la quarantaine.

Ce traitement peut s’effectuer sur tous les types de peaux et ce à n’importe quelle période de l’année. Il n’y a pas d’effets indésirables notables hormis un léger œdème juste après la procédure (qui peut durer quelques heures), signe que le traitement a été efficace. Une seule séance est nécessaire pour obtenir un résultat durable dans le temps (entre deux et trois ans).

Contrairement à certaines techniques plus agressives, tels que les peelings ou certains lasers, ce traitement n’engendre aucune lésion sur la surface de la peau. Grâce aux micro-points de coagulation réalisés par les ultrasons focalisés, le processus de régénération tissulaire que l’on cherche à obtenir est induit depuis la profondeur vers la superficie.

 

Renseignement et prise de rendez-vous: contactez le secrétariat du Docteur STIERNON au 061/21.12.12 ou 063/22.07.01.

 

Zones de traitement par le Docteur STIERNON: visage, cou et décolleté.

hifu3

Esthétique médicale : 9 techniques pour corriger nos petits défauts

Source: http://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-pratique/comment-corriger-les-petits-defauts-avec-esthetique-medicale-39275

esthetique-medicale-9-techniques-pour-corriger-nos-petits-defauts

Un teint éclatant, un ovale bien dessiné, un nez parfois modifié… Plusieurs méthodes esthétiques ont fait leurs preuves. Sans tomber dans la chirurgie lourde, on peut corriger, redessiner, améliorer, sans rien perdre de son naturel.

1/ Redessiner l’ovale du visage : les ultrasons focalisés (HIFU)

Pour celles qui ont peur du bistouri, il existe des techniques moins invasives, qui permettent de traiter le relâchement cutané grâce à un lifting naturel et progressif. « Les ultrasons créent des points de coagulation tissulaire à différentes profondeurs du derme, qui vont induire un petit effet tenseur immédiat et une réelle optimisation à 3 mois », explique le Dr Catherine de Goursac, médecin esthétique à Paris et auteur Tu as bonne mine ce matin (éditions Josette Lyon). Le protocole est adapté en fonction du relâchement cutané. Il faut compter 3 séances à un mois d’intervalle pour pérenniser le résultat. Puis une séance par an.

2/ Réduire la graisse sous le menton : des injections

Les chercheurs ont réalisé une version synthétique d’un acide naturellement produit par la vésicule biliaire, afin d’aider l’intestin à absorber les graisses par l’alimentation. L’objectif : à l’aide d’injections, faire fondre cette couche de graisse localisée. La molécule autorisée en Europe attend son autorisation de mise sur le marché en France.

3/ Redensifier les pommettes : les fils tenseurs

Grâce à une traction cutanée, ces fils remontent les joues, bajoues et pommettes, via des petits « crans » qui accrochent les tissus. Ils repositionnent les volumes, un peu comme lorsque l’on tire avec son doigt sur la pommette pour la retendre. Catherine de Goursac précise que « les fils se résorbent et laissent place à un néo-collagène, qui fera comme des points de colle pour maintenir en place les tissus ». Les effets sont visibles dans les semaines qui suivent l’intervention et se maintiennent environ 18 mois, voire plus.

4/ Retrouver un teint éclatant : un nouvel acide hyaluronique superhydratant

La consistance malléable et souple de ce nouvel acide hyaluronique, associé à de la lidocaïne, se tend comme une toile élastique au fond du derme. En plus de l’effet mécanique, il stimule le métabolisme cellulaire cutané et capte l’eau intradermique, indispensable à une bonne hydratation. Ce processus permet de régénérer efficacement la peau en lui redonnant souplesse et vitalité. Les premiers effets visibles apparaissent dès 15 jours et perdurent au minimum 6 mois.

5/ Recoller les oreilles : un implant personnalisé

Les oreilles décollées concernent environ 5 % de la population. Un nouveau dispositif Earfold® des laboratoires Allergan permet de « recoller » les oreilles. La vraie nouveauté, c’est que le patient peut, avant l’intervention, visualiser le résultat. Et choisir par exemple de ne pas les recoller complètement. L’opération, réalisée sous anesthésie locale, ne prend que quelques minutes. Un seul point de suture et un pansement sont nécessaires. Et surtout, aucun problème de cicatrices ou de risque d’asymétrie entre les deux oreilles.

6/ Alléger le regard : un stylo électrique

La chirurgie des paupières (blépharoplastie) n’est pas nouvelle, mais les techniques ont bien évolué. Petit rappel : les paupières sont beaucoup sollicitées : près de 30 000 clignements par jour. Le problème : la peau est très fine avec une faible concentration de collagène, d’élastine et de lipide. Avec le temps, les paupières supérieures « tombent ». Et cela s’accompagne généralement de poches de graisse localisées au niveau de la paupière inférieure. La blépharoplastie classique consiste à retirer l’excédent cutané. La cicatrice très discrète est cachée dans le pli supérieur de la paupière. Un nouveau dispositif médical, le Jett plasma lift, (sorte de petit stylo électrique) permet à la peau de la paupière supérieure de se rétracter et de gommer ainsi l’effet tombant. Pas de bistouri ni de bloc opératoire, juste quelques croûtes qui tombent au bout de quelques jours.

7/ Redresser le nez : une nouvelle indication de l’acide hyaluronique

Modifier son nez entraîne une modification de l’équilibre du visage et risque de se voir… comme le nez au milieu de la figure. « L’aspect psychologique est à prendre en considération sérieusement », insiste Bertrand Mattéoli. L’acide hyaluronique est maintenant préconisé pour remonter un nez tombant, diminuer la bosse sur l’arête nasale ou rectifier un nez dévié. « Le résultat est immédiat avec, toutefois, des risques de bleus et de rougeurs durant quelques jours » précise Catherine de Goursac. La durée d’action de l’acide hyaluronique est d’environ 9 mois à 1 an (mais le Radiesse ® ou hydroxy apathite de calcium dure au moins 18 mois). Idéal pour ceux et celles qui hésitent à se faire opérer.

8/ Pour défatiguer le visage

La cryothérapie faciale est une brume de froid (– 185 °C environ). Elle élimine les cellules mortes de l’épiderme et provoque une vasoconstriction dans le derme, qui augmente la production de collagène et retend la peau. Très efficace après une nuit blanche !

9/ Atténuer les cicatrices

Un laboratoire a mis au point un petit laser portatif que le chirurgien peut utiliser dès la fin de l’intervention. L’objectif de ce nouvel appareil est d’agir dès le démarrage du processus cicatriciel, quel que soit le type de peau.

Docteur Eric STIERNON

Le Docteur STIERNON est diplômé de médecine depuis 1994.

Spécialisé en otho-rhino-laryngologie, il a accumulé une expérience certaine en matière de connaissance du visage et du cou.

C’est donc tout naturellement qu’en plus de sa spécialisation d’ORL, il a repris plus tard la formation supplémentaire de médecine esthétique, qu’il exerce maintenant depuis 2004.

Le Docteur STIERNON est membre de la Société belge de Médecine esthétique.